Image
v2
Image
v2

Entreprises publiques locales (Epl) au coeur de la revitalisation des villes moyennes

Danièle Licata
Image
Les Epl se sont imposées comme des acteurs cruciaux pour la revitalisation des villes moyennes

Les Sociétés publiques locales (Spl), Les Sociétés d’économie mixte (Sem) et les Sociétés d’économie mixte à Opération unique (SemOp) donnent incontestablement un nouveau souffle aux villes moyennes et leurs bassins de vie. C’est ce que révèle une étude récente menée par la Fédération des élus des Entreprises publiques locales (FedEpl) en partenariat avec Villes de France et Intercommunalités de France. 

Partager sur

Depuis plus de dix ans, les réformes territoriales successives (loi RCT, loi NOTRe, loi 3DS) ont renforcé les compétences des intercommunalités, permettant aux communes de mutualiser leurs moyens. Cette dynamique a stimulé le développement de l’économie mixte locale. En 2023, 41 % des Entreprises publiques locales (Epl) comptent une intercommunalité comme actionnaire de référence, contre 28 % en 2015. Ces réformes ont ainsi permis de créer un terreau fertile pour l’épanouissement des SEM, SPL et SemOp.

Les Epl : moteurs de la revitalisation des villes moyennes

Les Epl se sont imposées comme des acteurs cruciaux pour la revitalisation des villes moyennes. En faisant de l’intérêt général leur modèle économique, « elles offrent en matière d’aménagement, de logement, de commerce ou de loisirs, des solutions adaptées aux besoins locaux, comblant ainsi les lacunes de l’offre privée ». Depuis 2014, 43 % des nouvelles Epl ont été créées pour changer de mode de gestion, notamment dans les secteurs de l’eau, de l’assainissement et des équipements de tourisme et de loisirs. Par ailleurs, 44 % ont été fondées pour intervenir dans de nouveaux domaines comme la promotion territoriale et la production d’énergies renouvelables.

Un engagement fort pour la transition environnementale

Entre 2014 et 2023, 46 % des nouvelles Epl, soit 160 sociétés, ont vu le jour dans les villes moyennes. La coopération intercommunale a joué un rôle moteur dans cette dynamique, avec plus de 60 % des créations portées par des intercommunalités ou des syndicats mixtes. Ces structures se positionnent désormais en acteurs majeurs de la transition environnementale, à travers des initiatives telles que les plans climat-air-énergie territoriaux (PCAET). Elles favorisent ainsi la sobriété énergétique, le développement des énergies renouvelables et la gestion durable des ressources naturelles.


Des résultats concrets et un impact territorial significatif
 

En 2023, les villes moyennes et leurs intercommunalités comptaient 375 Epl actives, employant 10 747 personnes, avec un capital social cumulé de 750 millions d’euros et un chiffre d’affaires de 1,926 milliard d’euros. Ces entreprises gèrent 47 500 logements, dont 45 500 logements sociaux, et sont impliquées dans des projets d’aménagement et de revitalisation commerciale et résidentielle.

 

Danièle Licata
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire