Les Français et leurs poubelles

Danièle Licata
Image
Si 54% des Français  trient leurs biodéchets, ils sont 82% à le faire en communes rurales

Depuis le 1er janvier 2024, la loi AGEC impose aux collectivités de mettre à disposition de leurs administrés des solutions de tri des biodéchets. Pour l’occasion, l’Ifop a interrogé les Français sur leurs habitudes de tri. Résultat : si la pratique du tri est désormais bien ancré dans les habitudes, bon nombre de Français ont des doutes quant au choix de la poubelle.


 

Partager sur

Selon le sondage Ifop pour Sepur*, pour près de 9 Français sur 10, trier ses déchets au quotidien est un acte facile (89%). Pour autant, la majorité des sondés (54%) admet avoir « parfois » (42%) sinon « souvent » (12%) des doutes sur le choix de la poubelle adaptée au moment de jeter ses déchets comme les barquettes en polystyrène (44%), les caoutchoucs de bocaux (36%) ou encore les restes de peinture (30%). Pour les experts de l’Ifop, c’est donc la nature du déchet qui est décisif dans l’acte de tri plus que le geste ou la logistique du tri à proprement parler. Car pour presque la moitié des personnes interrogées (49 %) le niveau d’information reste insuffisant et plus de la moitié d’entre eux ne savent pas à qui s’adresser pour obtenir des consignes claires. 
Pourtant l’information et la pédagogie restent cruciales : car plus les sondés se disent informés plus ils trouvent le tri « très facile ».


Les ruraux, meilleurs élèves
  
Si 54% des Français trient leurs biodéchets, ils sont 82% à le faire en communes rurales, soit 2,5 fois plus qu’en agglomération parisienne (33%). De même, les personnes habitant dans une maison sont plus nombreuses à pratiquer ce type de tri (69%) que celles qui occupent un appartement (28%). Les sondés ayant accès à un jardin trient 3 fois plus que les autres leurs biodéchets (67% VS 22% sans jardin).

Le niveau d’information influence, de la même manière que pour le tri en général, la pratique. Parmi ceux qui s’estiment suffisamment informés sur la manière de trier leurs biodéchets (45% des Français en moyenne), nous retrouvons…
•    Les habitants ruraux (56% VS 41% en agglomération parisienne),
•    En maison (53% VS 33% en appartement)
•    Avec accès à un jardin (51% VS 32% sans jardin).
Pourtant, 60 % des Français interrogés savent que les communes sont contraintes de mettre à disposition une solution de tri des biodéchets depuis le 1er janvier, et 62% d’entre eux y voient même une opportunité pour l’écologie. Là aussi, les ruraux sont ceux qui expriment le plus leur adhésion (70% y associent un bienfait). Malgré tout, 34% d'entre-eux font part de craintes quant à la pratique (44% en agglomération parisienne) : elles sont davantage présentes chez ceux qui ne l’ont pas encore adoptée (44% VS 25%) et ceux qui sont moins informés sur le tri en général (42% VS 26%). Les appréhensions exprimées sont d’abord liées aux odeurs (68%) et à la présence d’insectes (64%) et à la contrainte de temps (34%).

*Méthodologie : L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1001 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 20 novembre au 1er décembre 2023.

 

Danièle Licata
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire