Image
v2
Image
v2

Les absences des agents territoriaux pour cause grave repartent à la hausse

Danièle Licata
Image
L’équivalent d’1 agent sur 10 est absent tout au long de l’année 2022

L’équivalent d’1 agent sur 10 est absent tout au long de l’année (9,7 %). C’est la hausse de la gravité qui reste la tendance forte des absences sur ces 5 dernières années, portée par le vieillissement des agents dans les collectivités territoriales d’après l’étude annuelle « Panorama 2023 – Qualité de vie au travail et santé des agents dans les collectivités territoriales » que vient de publier le groupe mutualiste Relyens.

Partager sur

 9,7 % des agents territoriaux ont été absent en 2022, soit presque 1 agent sur 10 : c’est le résultat de l’étude annuelle « Panorama 2023 – Qualité de vie au travail et santé des agents dans les collectivités territoriales », réalisée d’après les données de 462 000 agents, répartis dans 15 835 collectivités territoriales par Relyens un acteur du management des risques en Europe auprès des acteurs de l’intérêt général. « Dans la Fonction publique territoriale, l’année 2022, fortement marquée par les multiples vagues de Covid, a entrainé une  évolution des absences en maladie ordinaire. On note cependant que la gravité diminue, du fait d’une augmentation de la part des arrêts de courte durée imputables aux absences liées à la crise sanitaire » commente Sylvie Bureau-Nech, Directrice exécutive Marché des Acteurs Territoriaux chez Relyens.

Plus concrètement, la crise sanitaire s’est traduite par une augmentation de la part des arrêts maladie de 3 à 7 jours, pour atteindre 39,3 % vs. 27,9 % en 2021. Cela correspond aux durées d’absences prescrites pour le Coronavirus. Dans ce contexte, alors que la part des arrêts courts a bondi parallèlement, celle des arrêts les plus longs, a, elle, diminué, passant pour les arrêts de 16 à 90 jours à 24,8 % contre 32,1 % en 2021.

Autre constat : « tous les mois de l’année sont concernés par cette augmentation de la survenance (à l’exception du mois d’août qui reste neutre). Plus marquée en début d’année, les cas de Covid se sont cumulés aux pathologies saisonnières habituelles » commente les experts de Relyens.


La gravité poursuit sa progression et reste la principale source d’attention des absences

Pourtant à regarder de plus près, les experts constatent que la gravité tend à augmenter au global, sur plusieurs natures d’absences (arrêts longs en maladie, en longue maladie / longue durée et en accident du travail), indépendamment de l’effet Covid.

« La gravité reste le principal indicateur à prendre en compte au regard de la situation des agents en termes de pyramide des âges, de pénibilité et de recul de l’âge de départ à la retraite » alerte Relyens. La hausse de la gravité reste portée principalement par le vieillissement de la population active des collectivités, sur des métiers considérés comme pénibles et exercés dans des conditions relativement contraintes : + 24 % de gravité en 5 ans (2017/2022) en maladie ordinaire et +17 % du taux d’absentéisme en maladie ordinaire.

Qu’il s’agisse de fréquence (nombre d’arrêts) ou de gravité (durée des arrêts), les absences de longue durée en maladie ordinaire progressent constamment depuis 2017, notamment pour les arrêts les plus longs, pour atteindre 270 jours en 2022. 
• La durée moyenne d’arrêt progresse de 12 % depuis 2017 (toutes natures d’arrêts confondus) et s’établit à 44 jours en 2022. 
• La fréquence des arrêts atteint 66 arrêts pour 100 agents employés en 2022. 
• En revanche, l’exposition des agents aux absences pour raison de santé affiche une tendance à la baisse depuis 2017 avec une proportion d’agents qui connaissent au moins une absence de 44 %.

Cliquez ici pour découvrir le Panorama « Qualité de vie au travail et santé des agents dans les collectivités territoriales » – Edition 2023.
 

Danièle Licata
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire